Le verger présentation du lieu
Historique du verger

Installé en terre picarde, dans le département de la Somme, le verger a été créé sur 15 hectares par Charles Dancoisne, déjà hostile à l'utilisation de produits chimiques, dans les années 1950.

Pierre, l'un de ses fils, a repris l'exploitation familiale en 1989 et s'est tout de suite orienté vers le biologique : après des années de mise au point, d'expériences, d'apprentissage, c'est en 1992 que le label AB a pu être officiellement revendiqué et en 1995, la commercialisation a démarrée sous cette appellation.

La diversification des produits y est soigneusement calculée :
9 hectares de pommiers, avec 16 variétés, 5 hectares de poiriers avec 6 variétés et 0,5 hectares de pruniers avec 3 variétés et 0,2 hectares de fruits rouges permettent d'offrir une gamme de fruits bien adaptés aux conditions du milieu... et aux goûts des consommateurs.

L’arboriculture Biologique
Les principes et ses mises en oeuvre.
Aucun produit chimique n'est utilisé contre les maladies ou les insectes parasites : des produits minéraux ou leurs dérivés naturels, à base de cuivre et de soufre, suffisent à répondre à ces préoccupations. De même, des traitements à base de décoctions de prêle ou d'ortie aident à la bonne santé du verger. L'utilisation de techniques de lutte biologique, comme provoquer la confusion sexuelle empêchent les mâles (papillons qui donnents les vers des pommes) de localiser les femelles ce qui a pour effet d'empecher les reproduction, ou la dispersion de bactéries contre les chenilles, sont également largement pratiquées.

Le sol est désherbé, uniquement là où il le faut, mécaniquement ; ailleurs, la tonte n'est pratiquée que 2 fois par an en laissant des zones (25% de la surface du verger) jamais tondues, pour assurer une biodiversité maximale. Depuis peu par ailleurs, des moutons de race schopshire ont élu domicile au sein du verger et contribuent de la façon la plus naturelle possible à son entretien tout en contrariant le développement des mulots et autres rongeurs et en limitant l'utilisation d'energie fossile.

L'observation permanente et la technicité sont de mise : Pierre Dancoisne se forme régulièrement, en France et à l'Etranger, pour développer connaissance et efficacité : l'arboriculture bio est en fait la plus moderne et la plus scientifique de toutes les productions agricoles.

Le choix et la grande diversité des variétés de fruits sont essentiels à la viabilité du verger : pour trouver le meilleur compromis possible entre saveurs, résistances aux aléas climatiques comme biologiques, possibilités de commercialisation et rentabilité économique.

Pour plus d'informations Cliquez pour plus de détails

Environnement

Social