Actualités du verger :
été
2014
Les dernières nouvelles
du verger
Aprés une floraison moyenne, la récolte de pomme s'annonce correcte tandis que celle des poires s'annonce trés bonne en quantité et en qualité,  toutes variétés confondues. La variété ancienne Président Héron  donne sa premiere production conséquente  : c'est ma meilleure récolte de poire depuis mon installation en 1989 !

Nous avons échappé de justesse à l'orage violent qui a fait tant de dégâts en région parisienne (seuls quelques fruits ont été touchés).

La saison a 2 semaines d'avance sur la saison précédente :  la floraison avait quant à elle 3 semaines d'avance, ce qui nous a valu quelques angoisses pour le risque de dégâts de gel sur les fleurs !

Maintenant nous souhaitons du beau temps pour la récolte. Grande  nouvelle pour l'exploitation cette année, avec la certification de  la mention Demeter qui valide l'avancée de notre technicité en arboriculture biologique !

15
Juin
Visites des vergers de la planquette,
Chez Pierre Dancoisne, à Voyennes, le 15 juin 2013
Samedi 15 juin, un petit groupe d’Amapien(ne)s a été reçu très chaleureusement par Pierre et sa famille. Il nous a fait visiter ses vergers et installations accompagné de Paul, son jeune fils et de Guillaume, son jeune salarié. C’est avec grand intérêt que nous avons suivi les explications simples et savantes d’un arboriculteur passionné et passionnant.


Nous avons d’abord visité, près de la maison familiale, les locaux de tri et de stockage des pommes et des poires. Ensuite, nous avons découvert la pépinière où Pierre multiplie les variétés anciennes dont il est toujours à la recherche, particulièrement de pêches et de nectarines. Il peut être fier de ses réussites de pépinières de pêchers à partir de noyaux ! Ne jetez plus vos noyaux de pêche (bio), surtout les pêches de vigne, offrez les à Pierre DANCOISNE qui finira bien par créer la pêche picarde ! Après le potager, s’offre à nos regards un bel étang, joli coin de nature entretenu par Pierre pour en préserver la faune et la flore.

Nous nous sommes déplacés d’un ou deux kilomètres pour visiter les deux vergers. Commençons par le grand verger des pommiers, très habité de lapins qui détalent devant notre intrusion et dont certains finissent en pâté l’hiver venu… Pierre y a monté une tour anti gel qui brise, au printemps, le vent froid pour limiter l’impact éventuel sur les fleurs des gelées blanches (0 à moins 7 degrés). Une alarme réveille en pleine nuit l’arboriculteur qui doit se déplacer… Pierre nous a présenté quelques insectes auxiliaires, comme le forficule (forficula auricularia ou perce-oreille) qui est son auxiliaire préféré car il dévore tous les pucerons, comme les pucerons cendrés, le cauchemar des arboriculteurs…Nous avons également pu observer la chrysope verte (chrysope carnea ou demoiselle aux yeux d’or) dont les larves se nourrissent également de pucerons.

Nous profitons avec grand intérêt des explications de Pierre et de Guillaume, tout aussi chaleureux et passionnant, qui nous livrent quelques secrets sur les greffes : pour créer un petit arbre, la greffe en écusson se pratique en août. Pour changer de variété et quand un arbre est trop gros, il convient de greffer en couronne, en avril. La greffe de poirier se pratique de préférence sur cognassier. Paul écoute très attentivement les questions des visiteurs et les réponses de son père et de Guillaume…

Nous arrivons, après une ballade d’environ 1 km, dans le verger des poiriers et pruniers où sont hébergés depuis quelques mois brebis et agneaux qui se nourrissent en tondant naturellement les allées mais n’apprécient pas notre visite et s’éloignent de nous…
Avec la relève d’un piège à phéromones utilisé ici pour identifier les insectes résidants ou de passage, nous prenons une leçon de choses sur les quelques insectes piégés pour la bonne cause, la santé des arbres…

A l’occasion d’un séjour dans ses vergers d’un chercheur américain, Pierre s’est rendu compte qu’il y avait toujours énormément à apprendre sur la symbiose des habitants des sols et des arbres. D'autre part, Pierre se rapproche d’autres arboriculteurs belges et français pour mettre en place des croisements de variétés locales et anciennes, plus résistantes et plus adaptées à nos régions.

Nous remercions Pierre qui nous a appris tant de choses sur la nature et sur son dur combat (depuis 20 ans qu’il cultive en bio) pour retrouver et maintenir un équilibre biologique pour ses arbres tout en restant en bons termes avec ses voisins agriculteurs.

Nous avons terminé la visite en partageant avec Pierre et sa famille, (les poules et le coq !), les mets que nous avions apportés…Nous aurions pu rester des heures encore…

Anne-Marie Leulier
Pour plus d'informations Cliquez pour plus de détails

Galerie photo

Revue de Presse